Blog

Techniques à connaître pour poser son parquet

La pose dépendra directement du support, mais aussi du type de parquet choisi. C’est pourquoi il est important de faire la sélection de parquets en fonction de la technique que vous souhaitez utiliser. La plus rapide est la pose flottante. A la portée de tous les bricoleurs, elle est aussi économique et s’adapte à tous types de revêtements. Le parquet est simplement posé sur le sol en collant les lames entre elles ou en les fixant grâce à un système de clips. N’oubliez pas de mettre une sous-couche (en mousse par exemple) pour bénéficier d’une bonne isolation acoustique. L’inconvénient de ce type de pose est qu’elle est moins résistante que les autres. Si vous possédez un sol chauffant, il faut vous diriger vers la pose collée. Adaptée aux parquets flottants et à quelques parquets massifs, elle  s’effectue sur des sols en béton, sur chape ou sur panneaux. Cette technique est la plus courante et permet d’assurer une bonne stabilité de l’ensemble. La dernière technique, plus durable que les autres, est la pose clouée. Celle-ci est aussi plus chère et demande un véritable savoir-faire. Si vous n’avez pas de bons bricoleurs dans votre entourage, il sera difficile de ne pas faire appel aux services d’un professionnel. Ce type de pose est surtout adapté aux parquets massifs, dont les lames sont clouées sur des lambourdes. Avec cette technique, le sol est surélevé ce qui permet de faire passer des câbles et des panneaux isolants.

Le parquet massif : authenticité et robustesse

Le parquet massif est le plus solide de tous les parquets. Il est constitué à 100% du même bois sur toute son épaisseur ce qui lui confère robustesse et prestige. Ce type de parquet est le plus onéreux. L’épaisseur des lames varie entre 20 et 23 cm. Cette épaisseur permet de nombreuses rénovations et de nombreux ponçages. Les parquets massifs peuvent être cloués sur des lambourdes (pose traditionnelle), collés au sol avec une colle spéciale parquet, clipsés, les lames s’emboitent les unes aux autres. Il existe une multitude d’essences différentes indigènes ou exotiques. Chacune a ses propres caractéristiques et se choisit en fonction de sa couleur, sa rigidité, sa dureté, sa résistance à l’humidité. Il peut être vitrifié ou ciré ; blanchi ou naturel avec plus ou moins de nuances ; notamment lorsqu’il revêt un effet teinté, vieilli ou brossé…  Le parquet en bois massif représente un investissement sur la durée et apporte un cachet inimitable aux pièces.  Parquet custom gris galet verni mat. Parquet massif en chêne verni mat / 2 Chanfreins. Dim. lames mm (L x l x E) : 440 à 1980 x 145 x 1. 59 euros HT / m2.

Le parquet contrecollé : une alternative au bois massif

Le parquet contrecollé, contrairement au bois massif, n’est pas composé à 100% du même bois. Il est constitué de trois couches superposées : seule la couche supérieure est dotée d’essence noble et lui offre cet aspect de bois massif. Aussi appelée « parement » ou couche d’usure, son épaisseur de 2 à 6 mm détermine sa qualité, la résistance du parquet et le nombre de ponçages que celui-ci peut subir. C’est la couche qui sera poncée afin d’entretenir le parquet. Les deux autres couches sont fabriquées avec des dérivés de bois. Fabriqué en usine, ce parquet se rapproche beaucoup de l’aspect du parquet massif, mais en moins onéreux. Comme le bois massif, il a une longue durée de vie et peut être rénové.  Il se décline également en de nombreuses essences de bois, dans de nombreux styles et couleurs. Il est souvent vitrifié, ce qui facilite son entretien. Le parquet contrecollé peut être cloué ; cette technique de pose disparaît au profit de la pose flottante ; plus rapide et économique. Ce type de parquet peut aussi être collé pour une parfaite stabilité et une isolation acoustique, ce type de pose est adaptée aux sols chauffants.

Le parquet stratifié : facile et peu cher

Contrairement au parquet massif ou au contrecollé, le parquet stratifié n’est pas en bois. Abusivement appelé « parquet stratifié », il imite seulement les fibres du bois. C’est un matériau composite qui superpose plusieurs couches : la première appelée couche de résine (couche d’usure) apporte de la résistance au sol ; la deuxième appelée couche décorative (papier ou feuille de décor) imite seulement l’essence de bois choisie. Le stratifié a l’avantage de se décliner dans d’indénombrables styles et couleurs. Il est d’autant plus facile à entretenir qu’il est aussi le moins cher.  La pose flottante est la plus répandue, car c’est la plus simple et la plus rapide. Son système clipsable permet également au sol d’être démontable sans dommages et le rend donc amovible. Le revêtement de sol stratifié peut aussi être collé pour une meilleure stabilité.  Néanmoins, le parquet stratifié s’avère plus fragile que les deux autres. À l’usage il se dégrade plus vite et il est impossible de le rénover ; il faut alors le changer.

4 comments

  1. Globally myocardinate distinctive « outside the box » thinking.

    1. Interactively expedite dynamic scenarios before viral metrics. Interactively orchestrate frictionless outsourcing via value-added leadership.

    2. Professionally fabricate synergistic leadership whereas extensible e-tailers. Objectively envisioneer bricks-and-clicks scenarios before interdependent benefits.

  2. Dynamically implement sustainable scenarios before interdependent models. Progressively expedite parallel web-readiness rather than resource.

Leave a comment